Antanartia : rare et protégé. Vous pouvez agir !
26-10-2009

En août 2008, GALAIS Jérémy Widmark, habitant dans les hauts de l'Ouest de la Réunion a pu observer une ponte importante d'Antanartia borbonica sur les bois de fièvre (Pouzolzia laevigata) de son jardin. Au total, se sont plus de 30 chenilles qui se développeront sur ses buissons.

Dans le but de protéger les chrysalides des prédateurs, Jérémy a placé quelques chrysalides à l'intérieur de sa maison. Après la métamorphose, les papillons ont pu retrouver le grand air.

Image
protection des chrysalides grace à du polystyrène et une aiguille...

Le jardin de Jérémy se trouve assez loin de la forêt. Par contre, le bois de fièvre est l'espèce végétale la plus présente dans son jardin, aussi bien à l'ombre que dans des endroits exposés au soleil. Ceci explique certainement l'attrait de ce petit coin de verdure pour les papillons en quête de plante hôte.

Ce type de jardins, bien que ne remplaçant pas l'habitat typique des papillons permet de compenser un peu la disparition du couvert forestier indigène. Ces jardins peuvent servir de lien entre des populations de papillons qui vivent sur des massifs forestiers séparés par des zones urbaines ou cultivées.

Image
Antanartia borbonica, fraîchement éclos

Un grand Merci à Jérémy pour nous avoir fait part de ses observations et pour ses photos.